PLANTES   DE  GARRIGUE  PROPRES A   LA

  CLAPE

HERBACEES - SOUS ARBRISSEAUXARBUSTES

 

Par André Lopez (Patrimoine et Nature, Vendres – Les Amis de Lespignan)


 

La « montagne » de la Clape, proche voisine de Vendres et Lespignan (Sud de la Domitienne) dont elle n’est séparée que par les deux étangs (E.de Vendres, E. de la Matte) et l’ Aude (fleuve côtier) est un massif de calcaire secondaire (Crétacé inférieur), à net relief karstique, étendu sur 15000 hectares et culminant au Pech Redon (214 m).
Site naturel classé du Languedoc-Roussillon depuis 1973, elle abrite une flore méditerranéenne très variée, associant des plantes de garrigue appartenant aux mêmes espèces que celles de Vendres-Lespignan, mais aussi des taxons retrouvés par ailleurs dans certaines îles du Bassin narbonnais, les Corbières et  même les Causses majeurs (Lozère, Aveyron). La plus remarquable est un « chardon » strictement endémique, la Centaurée en corymbe, saxicole et ne se rencontrant que sur certaines surfaces rocheuses.
Le rattachement de la Clape aux collines de Vendres, Lespignan , Nissan et leurs garrigues est justifié par la proximité géographique sur le pourtour oriental de la Basse Plaine ou Vallée de l’ Aude, ancien Lacus ou Palus Helicé du Romain Festus Avienus (IVeme siècle)(Clavel-Levêque et Lopez) et par le contexte géologique.

 

Centaurea corymbosa
Campanula speciosa

Erodium foetidum

Linum campanulatum

Convolvulus lanuginosus

Dianthus subacaulis
Polygala rupestris

Ferula communis

Laserpitium gallicum

Lavatera maritima

Cneorum tricoccum

Juniperus phoenicea

Myrtus communis

Barlia robertiana

Ophrys bombiliflora

Ophrys speculum

 


m)

Magnoliophyta > Magnoliopsida > Asterales >  Asteraceae > Centaurea corymbosa Pourr.


« Centaurée de la Clape » - « Centaurée en corymbe »

 

 

La Centaurée en corymbe (H = 10-40 cm) est une plante herbacée saxicole très rare, endémique de la Clape, trapue, rameuse, à port conique, montrant des feuilles très divisées et des capitules d'Astéracée à fleurs purpurines, réunis en un corymbe irrégulier et très ouvert. Tige dressée, courte, trapue, très ramifiée, raide, ferme, rude au toucher, un peu pubescente. Rameaux nombreux, épais, souvent étalés, de longueur décroissante à partir du bas où ils reposent sur la roche, formant par leur ensemble une sorte de cône trapu et compact qui semble "empâter" la plante. Feuilles alternes, nombreuses, rapprochées, d'un vert gai et pubescentes, très divisées, les caulinaires pennatipartites ou pennatifides avec des segments étroits, linéaires ou lancéolés, les supérieures très longues, entourant ou dépassant les capitules. Inflorescence en un ensemble corymbiforme irrégulier, feuillé, très ouvert et étalé, formé de capitules solitaires à l'extrémité des rameaux. Chacun de ces capitules est assez grand (D =1,5 cm), ovoïde, arrondi à la base, souvent dépassé par les feuilles sous-jacentes, dites florales: involucre à bractées imbriquées, nervées, striées, pourvues d'un appendice décurrent brun noirâtre triangulaire qui les prolonge et de cils bruns, flexueux; fleurons purpurins, les extérieurs grands, rayonnants, stériles, dépassant l'involucre, et les centraux stamino-pistillés . Fruits en achaines (L = 3,5 mm), noirs, oblongs, ovales, comprimés, lisses, sans côtes longitudinales, d'un noir luisant et surmontés par une aigrette de soies blanches aussi longue qu'eux.

 

Centaurée vue d'ensemble Centaurée Details

Vue d'ensemble, port. La Clape

              Détails D’après un  CDRom © A.Lopez & B. Bouissière (Domitienne) 

 

 

 

Magnoliophyta > Magnoliopsida > Campanulales>  Campanulaceae > Campanula speciosa Pourr.


« Campanule à belles fleurs » - « Campanule des Corbières »

 

La Campanule à belles eurs (H = 20-50 cm) est une plante herbacée saxicole velue, dressée tige anguleuse, à longues feuilles lancéolées et à très grandes eurs en cloche bleu-violacé, formant une grappe allongée.

Souche grosse, dure et subligneuse. Tige dressée, simple, assez robuste, très feuillée, épaisse, velue hérissée, donc hispide, anguleuse dans toute sa longueur et creuse. Feuilles alternes, non stipulées, simples, beaucoup plus longues que larges, lancéolées, presque entiéres, ondulées et ne montrant que de petites dents espacées, également hispides avec des poils rudes, les inférieures s'atténuant en pétiole aplati et qui engaine la tige par sa base allongée, les supérieures sessiles. Inorescence en grappe longue, composée, plus ou moins pyramidale. Fleurs nombreuses, dressées, régulières, pentamères et hermaphrodites, chacune portée sur un long pédoncule (3-8 cm) pourvu de 2 bractées étroites, atteignant le sommet du calice: ce dernier hispide, à tube court, à 5 divisions (lobes) triangulaires, aiguës, et à 5 appendices foliacés, ovales lancéolés, s'intercalant entre ces mêmes divisions, mais rabattus, rééchis, à peu prés aussi longs que le tube et plaqués contre lui; corolle très grande ( L= 3 à 5 cm), bleu violacé, sympétale, en cloche allongée, donc campanuliforme, à 5 lobes triangulaires séparés peu profondément, étalés en dehors, un peu poilus ou barbus sur les bords; 5 étamines incluses, libres, avec des lets élargis à la base; 3 stigmates liformes, divergents et roulés en dehors. Fruit capsulaire pédonculé, penché à maturité, globuleux, rappelant une toupie par sa forme, divisé en 3 loges et s'ouvrant à la base par des pores.

 

 

campanule vue d'ensemble campanule détails

Vue d'ensemble, port. La Clape

Détails D’après un  CDRom © A.Lopez & B. Bouissière (Domitienne) 












RETOUR

aux vignettes